Mercredi 15 juin - Dernier jour

La pluie m'a rejoint à Buenos Aires. Je me trouve un peu dans la même position que Nadège : pas envie de faire grand-choses... Il y avait des quartiers que je voulais visiter. Mais le temps ne m'y incite pas. Voila encore une bonne excuse pour revenir dans cette ville que j'adore. C'est aussi une excuse pour flâner sans but précis dans les artères commerçantes et effectuer mes derniers achats avant mon retour.
Je me rends compte de la richesse culturelle de l'Argentine avec du recul. Que ce soit au niveau des livres ou de la musique, on est loin de la soupe commerciale du Pérou et de la Bolivie ou de la rigueur standardisée du Chili. J'en profite pour m'informer un peu plus sur le tango que j'ai négligé jusqu'à maintenant. Cet intéret de dernière minute est du à une rencontre qui m'a ouvert les yeux. Il faut savoir que depuis la Bolivie, je dois porter à chaque déplacement de mes affaires un chapeau -style Al Capone- que j'ai acheté à La Paz car il représente bien les paysans boliviens de l'altiplano. Lors de mon arrivée à Buenos Aires, j'ai eu la chance de croiser une personne qui m'a toute de suite dit: "vous êtes français!". "Pourquoi?" Lui ai-je demandé. "Parce qu'il n'y a que les français pour aimer le tango comme Carlos Gardel!" N'ayant pas trés bien compris le sens de ses paroles, il a fallu que j'épluche les guides afin de trouver qui était ce Carlos Gardel. Ce n'est pas moins que la légende du tango. Celui qui en a écrit les plus grandes pages. Auteur et interprète, ce "porteños" (nom donné aux gens de Buenos Aires) est d'origine française: tout s'explique! En me promenant dans des boutiques et des cafés, j'ai retrouvé des photos de ce dernier : il porte le même chapeau que moi! La boucle est bouclée : mon chapeau se porte à La Paz comme à Buenos Aires. Mais il s'interprète différement!
Un dernier mot sur Boca. Les nouvelles à la télévision ne parlait que de ce match et du scandale qu'il a créé. Il faut savoir que même les argentins sont scandalisés par ce qui s'est passé. Je ne l'avais pas vu mais l'entraineur de Boca avait craché sur un joueur mexicain! Il y avait aussi des chants du style "mexicains fils de p..." que je n'avais pas trés bien compris. Bref, les argentins sont assez embettés car ils ont perdu de leur crédibilité pour organiser des rencontres et des tournois internationnaux. Personnellement, j'avais trouvé la présence policière trés faible par rapport à ce que l'on voit en Europe. Quand on sait que les supporters de Boca sont bien pires que ceux de Marseille (et c'est peu dire!), peut-être que tout cela devrait évoluer.
Un dernier mot d'ordre politique. La loi sur "l'impunité" est déclarée "inconstitutionnelle". Sans rentrer dans les détails, les crimes commis lors des dictatures militaires n'avaient jamais été jugés et ne pouvaient faire l'objet de poursuites. Beaucoup de personnes ont disparu sous ces régimes et il n'y avait aucun moyen d'enqueter sur ce sujet. Les "mères de la place de mai" se réunissent une fois par semaine pour réclamer justice et explication pour leurs fils disparus depuis 30 ans. J'ai vu l'une d'entre elle à la télévision exprimer son soulagement. Ses 30 ans de perseverance n'auront pas été vains. Pour plus de détails, je vous renvoie à l'article du Monde daté du 14 juin.
Comme je prends l'avion demain, n'attendez plus de nouvelles de ma part. A moins que je le rate... A ce propos, je voulais vous faire une confidence. Oui! A vous lecteurs inconnus de tout bord! Qui êtes-vous? Combien êtes-vous? J'aimerais tant savoir qui vous êtes! C'est l'unique défaut de ce blog: je ne peux pas savoir qui me lit réellement. Alors, si vous voulez me faire plaisir, manifestez-vous! Déposez simplement un coucou avec votre prénom. Cela me ferait extremement plaisir! Et si vous avez des critiques, je les accepte toutes bien volontiers! Les bonnes comme les mauvaises. Surtout les mauvaises car elles aident à progresser! Et sachez que je ne vous en voudrez pas. Donc allez-y! Je vous en remercie d'avance et remercie particulièrment ceux qui ont déja eu le courage de déposer un commentaire afin de rendre mes récits plus vivants. J'ai hâte de rentrer en Europe et de tous vous retrouver (même au boulôt!). A bientôt et merci de votre attention!
Une utlime parrilla avant de rentrer. Avec le vin argentin, ce sont les deux choses qui vont réellement me manquer à mon retour...

3 Commentaires:

Anonymous Anonyme said...

Mince alors, c'est déjà fini ? mais c'est que ça va me manquer... Tu veux pas repartir ? :-))
A tout bientôt,
Laure

16 juin, 2005 09:22  
Anonymous Anonyme said...

Tu peux revenir l'esprit tranquille, tes récits et ceux de Nadège nous ont envoûté...
Toute chose a une fin mais je me doute que vous préparez déjà les prochaines aventures de Nadège et Ph II le retour... et oui la saga continue.
Merci à vous d'avoir partagé un peu de vos découvertes.
Vous embrasse Chérifa

16 juin, 2005 11:36  
Blogger Pidji said...

PH,
Merci pour nous avoir fait partager ces moments inoubliables... J'ai beaucoup apprécié, même s'il n'était pas toujours facile de se déconnecter du boulot ambiant pour te lire.
A très bientôt

21 juin, 2005 12:04  

Enregistrer un commentaire

<< Home