6 au 10 juin - Isla de Pascua

Je ne vais pas rentrer dans les détails de notre exploration de l'Ile de Paques ni dans sa description précise. Je vais simplement tenter de souligner le point qui me parait le plus important de notre séjour sur l'ile: l'ambiance "vacance". Où il est question de plaisir...
Cette sensation a de multiples facettes. Tout d'abord la géographie du lieu. Nous sommes tout simplement sur l'endroit le plus éloigné de toute autre terre au monde! L'ile la plus proche, Pitcairn, est à 2000 kilomètres! Ainsi, il est facile de regarder l'horizon et de se laisser aller à des rêveries sur l'infinie océan. Nous sommes sur un minuscule caillou et il n'y a rien à des milliers de kilomètres aux alentours...
Sur l'ile résident 3500 habitants et une poignée de touristes. Même si le tour de l'île ne fait guère plus de 50 kilomètres, on se retrouve facilement et rapidement seul. On ressent alors une solitude qui se transforme en une plénitude emplie de méditation: enfin seul, vraiment seul. Face à la mer, face à soi-même...
L'atmosphère est douce et tout y concourt. Le temps est difficile à expliquer mais une chose est certaine: on n'a jamais froid! Les clichés que nous avons de l'ile de Paques sont ceux d'une ile aride au climat hostile. Oui, il y a toujours beaucoup de vent. Oui, il n'y a pas beaucoup d'arbres. Oui, le ciel bleu est assez rare. Oui, il pleut même violemment de temps en temps. Mais malgré tout cela, il fait toujours bon de jour comme de nuit et l'humidité constante que nous persevons n'est jamais étouffante. Bref, malgré son attitude agressive, le climat est toujours doux!
Les pascuans participent aussi grandement à nous apporter cette douceur de vivre. Toujours souriants, toujours serviables et à l'hospitalité exemplaire, les natifs de l'île savent que le touriste est leur manne principale et le lui rende bien.
Pour ceux qui n'ont aucune idée de l'apparence de l'île de Paques, il faut s'imaginer l'Ecosse... Le paysage volcanique est principalement constitué de collines à l'herbe rase. Les côtes sont des rochers volcaniques pouvant se transformer en spectaculaires et profondes falaises de plus de 200 mètres. Pour ajouter une touche exotique, les pascuans ont ré-introduit le palmier sur l'île. On les rencontre principalement dans l'unique village de l'île: Hanga Roa. On trouve aussi deux magnifiques plages de sable fin qui offrent une parfaite baignade dans des rouleaux très amusants. Encore une fois, les apparences sont trompeuses. L'océan semble violent et froid. Et bien non! La poule mouillée que je suis s'y est baignée avec beaucoup de plaisir...
Pour l'instant, ma description n'a rien de trés originale bien qu'elle soit séduisante. A tous ces ingrédients, il faut rajouter le principale : le mystère.
Tout sur cette ile est mystère. Pourquoi et comment des gens, au cinquième siecle, sont partis des iles Marquises (à plus de 4000 kilomètres de là!) pour s'installer sur l'Ile de Paques? Comment expliquer le travail de Titan des pascuans qui, jusque vers le XVI ème siecle, auront taillé et transporté pres de 800 statues de pierre? Chacune pèse plusieurs tonnes. On en trouve sur toute l'ile. La tâche dépasse l'entendement et l'interrogation est la même devant chaque statue rencontrée : pourquoi? Et pourquoi les avoir toutes subitement renversées à terre? Quel évenement a poussé les pascuans à changer trés rapidement leurs coutumes au point de détruire ce qu'ils avaient créé? Des chercheurs ont démontré que la végétation de l'ile de Paques était similaire à celle que l'on rencontre sur des iles comme Tahiti. Comment expliquer que l'ile ressemble désormais plus à l'ile de Shetland qu'à ses soeurs polynesiennes?
Les mystères sont partout. Les énigmes non résolues foisonnent. A chaque détour de chemin, l'ile se pare de cette aura mystérieuse. Entre une statue et la mer, entre un volcan et le ciel, elle envoûte. Elle transporte. Encore bien plus loin. Toujours plus loin dans l'imaginaire et le rêve...

L'oeil blanc de la statue représente la fonction principale de cette dernière: surveiller et protéger le village qui lui fait face.

L'environnement prête à la méditation...

On ne connait toujours pas la raison qui a poussé les habitants de l'île à renverser toutes les statues.

Sur le lieu de fabrication des statues, beaucoup attendaient encore d'être transportées vers leur destination finale lorsque le culte de ces dernières s'est mystérieusement et subitement arrêté.

Ce sont les archéologues aidés de grues qui ont redressé les statues et restauré certains sites.

1 Commentaires:

Anonymous Anonyme said...

bonjour,
suite à un reporage que j'ai vu sur ces statues j'ai fait des recherches sur internet et suis tombée sur votre site. Selon ce reportage, les premiers à coloniser l'île venaient de polynésie. Ils auraient alors profité des vertues de l'île jusqu'à épuiser toutes ressources alimentaire. Ils auraient même fini par mettre le feu à la forêt pour en faire sortir les derniers animaux. Suite à cela le canibalisme serait apparu ruinant toute leur population. En fait ils se seraient auto détruits!
le culte des statues serait un signe de remerciement pour tout ce que l'île leur procurait. Peu être que ce culte c'est arrêté au moment ou ils ont du se tourner vers le canibalisme, l'île paradisiaque étant devenu l'enfer. Cela n'est qu'une suposion que j'ai fait et dont je vous fait part!
En tout cas votre voyage avait l'air très riche!

10 décembre, 2008 17:29  

Enregistrer un commentaire

<< Home