Vendredi 13 mai - En bateau

De Guanay, nous avons plusieurs options. Nous pouvons nous enfoncer dans la véritable jungle amazonienne en une journée de bateau. Cela ne me tente guère car j'avoue ne pas voir envie de rencontrer encore plus de bestioles (surtout les moustiques et autres serpents). Nous pouvons aussi rebrousser chemin vers la Paz. Mais nous voulons faire une véritable boucle dans les Yungas. Nous prenons donc un bateau afin de remonter une rivière en direction de Mapiri.
La trajet est "folklorique". Le bateau est une grande pirogue à moteur. Nous nous entassons de manière fort inconfortable à l'intérieur. A chaque nouvelle personne qui embarque, on craint de voir le bateau se retourner. Mais tout se passe bien. Le trajet est trés pittoresque: nous remontons des vallés encaissées et verdoyantes. De temps en temps, nous nous faisons éclabousser lors du franchissement de rapides. Le bateau s'arrete assez fréquement pour déposer ou prendre des passagers. Et à chaque fois, l'embarcation manque de cahivirer...
A l'issue d'un trajet long et éprouvant (impossible de bouger et nous sommes assis sur des banquettes sommaires), nous accostons à Mapiri. Enfin, presque: le bateau ne pouvant se rapprocher du bord, nous enleverons tous les chaussures pour traverser les dix derniers mètres qui nous séparent de la rive...
De là, nous prenons un taxi qui nous menera en une heure au village de Santa Rosa. Durant notre pause à mi-parcours, nous faisons litteralement attaquer par des moucherons jaunes à l'instinct fort vorace. Ces minuscules insectes ne laissent pas de véritables boutons mais font un trou dans la peau comme une aiguille. Une petite goutte de sang témoigne de leur acte barbare. Et dans les heures qui suivent, les envies de se gratter sont insoutenables...
Arrivés à Santa Rosa, notre dépaysement est complet. Encore plus qu'à Guanay, les gens sont surpris de voir un couple de "gringos" (étrangers). Et encore plus qu'à Guanay, le confort de notre habitation est sommaire. Santa Rosa se situe à l'autre bout de cette région des Yungas où chercher de l'or est un métier au même titre qu'agriculteur. Le village ressemble d'ailleurs à un décor de Far West. Toute l'activité commercante se situe le long d'une unique rue. Il y a beaucoup de petites gargotes pour boire et danser. Le village s'anime le soir lorsque les températures deviennent plus douces et que l'on peut s'activer sans transpirer.
Nous aimerions bien communiquer avec les gens mais notre niveau d'espagnol ne nous permet toujours pas d'avoir des discussions trés "suivies". Le peu de contact nous avons est néanmoins trés chaleureux.
Santa Rosa est un village authentique perdu au milieu des Yungas. On s'y sent bien. Un peu à l'écart du monde. La Paz est à deux jours de transport: une éternité. Nous goutons avec delectation à ces moments où les lieux s'étirent et où le temps qui passe prend une autre forme. Nous aurions peut-être du passer un peu plus de temps ici. Mais les transports étant toujours un peu aléatoires, nous préférons saisir l'opportunité qui nous est donnée de partir dès demain pour Sorata. Nous nous couchons tôt en perspective de la longue journée qui nous attend.

Notre bateau accoste pour charger des bananes.


Santa Rosa, une ambiance de Far West.