Mercredi 18 mai - Toujours à la Paz

Le président a parlé. Mais il n'a rien dit sur la loi des hydrocarbures. Le parlement a voté cette loi hier. Mais sans la signature du président Mesa, tout cela n'est que lettre morte. Alors les mineros et cocaleros bloquent toujours les routes du sud. Ils marchent dans la Paz et expriment leur mécontentement. On a l'impression que l'appareil démocratique est bloqué : chacun faisant la sourde oreille à l'autre.
Alors nous flanons encore dans la Paz. Comme vous avez pu le constater, j'en ai aussi profité pour mettre quelques images sur mon site.
Devant cette situation qui semble dans l'impasse, nous avons décidé de prendre l'avion pour sauter par dessus les barages routiers. Si tout va bien, nous serons à Sucre demain.