Jeudi 28 avril - Uros et Amantani

Nous partons à la découverte du lac Titicaca. Je ne rentrerai pas dans les détails géographiques de ce lac mondialement connu. Un seul point à noter : il est caracterisé par un climat sec et chaud le jour et froid la nuit. Durant la journée, le soleil omniprésent et proche (nous sommes à plus de 3900 mètres) donne toujours une sensation de chaleur mais il faut faire trés attention au coups de soleil et la température réelle n'est pas si élevée. Il fait frais dés que l'on est à l'ombre et les nuits sont froides.
La première partie du lac que nous visitons est assez paisible. Nous naviguons au milieu des roseaux à la découverte des îles flottantes des Uros. Les Uros étaient des indiens (désormais disparus) qui avaient su apprivoiser cette partie du lac en confectionnant des îles flottantes à partir des roseaux environnants. Le résultat est spectaculaire: en débarquant sur ces îles, on ne parvient pas au premier coup d'oeil à réaliser qu'elles sont artificielles tant leur taille est importante et la vie sur celles-ci y semble "normale" autour des huttes et des autres bâtiments. Deux détails permettent néanmoins de réaliser la prouesse technique et la magie de ce travail : le sol est uniquement constitué d'une sorte de paille de roseaux et il bouge au passage des bateaux. Ce sont donc bien des îles flottantes! Aujourd'hui, le tourisme est la principale source de revenus pour les personnes qui vivent encore sur ces îles et les entretiennent.
Nous repartons pour deux heures navigations qui nous mènent jusqu'à l'île de Amantani. C'est là que nous dormirons. Dans des conditions sommaires mais confortables, nous sommes accueillis sur l'île par une famille qui nous hébergera et nous nourrira jusqu'au lendemain matin. Ici, pas d'electricité ni d'eau courante. L'île est habitée par 5000 personnes qui vivent de l'agriculture et... du tourisme. Il s'agit encore ici de préserver un mode de vie et des traditions propres à cette île. Je n'arrive pas à évaluer si ce système va dans le bon sens ou pas. D'un côté, la manne du tourisme permet à ces familles de ne pas quitter l'île pour mieux vire ailleurs. De l'autre, comment imaginer rester longtemps dans un tel environnement lorsque chaque touriste apporte avec lui son image d'un "monde occidental meilleur" (mais c'est tout relatif)? Beaucoup d'hommes ne vivent déja plus sur l'île afin de mieux gagner leur vie ailleurs. Mes impressions s'emmellent un peu et je manque de recul. Je serai curieux de retrouver notre famille d'accueil dans plusieurs années pour savoir dans quel sens tout cela va évoluer...
A part cela, l'île est splendide de jour comme de nuit. C'est un peu la Croatie par les couleurs. Ce sont les Andes enneigées que l'on voit au delà de ces eaux turquoises. Ce sont ces petites cultures en étage qui s'egrainent paisiblement à flanc de colline. Et la nuit, des étoiles partout, des voies lactées et encore des étoiles... Un peu de rêve et de romantisme. Loin, trés loin des premières lueurs de la modernité.

Uros, ile flottante sur des roseaux.