Mardi 15 mars - Avec ou sans glaçon?

Aprés mon arrivée pluvieuse de la veille à El Calafate, je me réveille avec espoir: mais non. Il n'y aura pas de soleil encore aujourd'hui. Le village de El Calafate s'est créé de toute pièce comme l'unique centre touristique à proximité des glaciers alentours. 80 kms séparent ce village des zones spectaculaires qui l'entourent.
Et quel spectacle! Un rapide cours de géographie s'impose: dans cette zone s´étend sur plus de 400 kms du nord au sud un glacier qui couvre une partie des Andes chiliennes et argentines. Faisant jusqu'à 40 kms de large, certaines de ses extremités touchent le Pacifque et d'autres atteignent des lacs argentins. C'est l'une de ces extremités que j'ai visité aujourd'hui.
Son nom : le Perito Moreno. Un monstre de plusieurs kilomètres de large qui descend des montagnes et vient perturber le cours d'un lac. Certaines années, son avancé est telle que le lac est coupé en duex. La partie en amont monte alors d'un vingtaine de mètre avant que, sous une pression extraordinaire, ce barrage naturel explose dans un fracas qui s'entend jusqu'à El Calafate (à 80 kms donc...).
Je vais avoir du mal à trouver des mots pour décrire le site : il faut s'imaginer une meringue géante descendant entre les montagnes avec des reflets d'un bleu qui ferait palir le meilleurs liquides pour les toilettes. Mais le plus impressionant est cette sensation d'immensitée: le glacier, dans sa partie visible fait 80 mètres de haut. On se sent humble. On se fait tout petit devant dame nature: on la vénère, on implore sa clémence. Car sa force est démesurée. De temps en temps, des pans entiers du glacier tombe dans le lac dans des craquements somptueux et assourdissants. Tout est grand. Trop grand. Je reste des heures à le regarder. Il est vivant. Il avance. Il craque. Et ces bleus... Alors qu'il n'y a pas de soleil, le glacier s'illumine et montre la profondeur de ses bleus. Des bleus qui attirent et appaisent...
Aprés la poésie, j'ai pu toucher le glacier en effectuant un trekking en crampon sur celui-ci. L'immensité fait place à la diversité : falaises, collines, rivières... C'est un monde où tout est bleu mais rien n'est pareil. Malheureusement, la pluie était de la partie et cela a quand même gaché le confort de la découverte. Encore une fois j'ai eu froid. Mais quel expérience!
Un guide a sorti une epression que je vais souvent utiliser: le temps d'aujourd'hui était patagonique. Tout un programme...
Mes photos ne sont pas exceptionnelles car il me faudrait un grand angle. Je vous propose d'aller à la page suivante pour voir des images assez fidèles du Perito Moreno : http://www.losglaciares.com/en/parque/galeria1.html

Aucune image ne peut représenter l'immensité et la majestuosité du site

La photo est mauvaise car il pleut et j'ai froid: un collector pour mes fans uniquement

1 Commentaires:

Anonymous Anonyme said...

Salut PH,
Quel bonheur de lire tes récits tous les jours entre midi, surtout qu'ici je suis bien au chaud : comme d'hab la clim ne marche et il fait 31° depuis 2 jours.. il faut dire qu'il fait très beau et que le printemps montre largement le bout de son nez...Mais bon hein t'as choisi !!! :-)
Sinon le soir on navigue entre Martial, Serge et la piscine pour pouvoir se doucher : la salle de bains est un chantier limite angoissant...vivement la fin de la semaine...
Personnellement je trouve tes photos magnifiques, alors vu comme tu es critique, j'imagine à quel point ça doit être fantastique en vrai !!!!
Grosses bises
Laure
PS : ENCORE !!!!

16 mars, 2005 13:19  

Enregistrer un commentaire

<< Home